Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / Counter Strike : Global Offensive /

Esport - Counter-Strike : Des joueurs retardent le lancement d’une rencontre de BLAST

Esport - Counter-Strike : Des joueurs retardent le lancement d’une rencontre de BLAST
0

Syndicalisme et action forte des joueurs professionnels, opposition ferme de l’organisateur de tournoi, et mutisme de l’éditeur de jeu. Ou quand une rencontre des finales automnales de BLAST devient le terrain de jeu d’une bataille politique.

Esport - Counter-Strike : Des joueurs retardent le lancement d’une rencontre de BLAST

Grosse ambiance dans le Counter-Strike’s Night-Club, hier soir. Pendant que les footballeurs du PSG décidaient de mettre en pause leur match de Ligue des Champions, pour soutenir le Basaksehir et Achille Webo dans une sombre histoire de racisme, plusieurs formations de CS:GO ont décidé elles aussi de ne pas fouler davantage les serveurs. Pas pour les mêmes raisons, cependant.

Ce qui a poussé les Vitality et les mousesports, entre autres, à agir de la sorte, résulte d’avoir exigé à l’organisateur de la compétition à laquelle ils participent actuellement, à savoir BLAST, des réponses à leurs questions, posées plusieurs semaines auparavant. Ces questionnements entourent le fait que BLAST impose l’enregistrement audio et visuel du point de vue de chaque esportif durant les matchs du tournoi. Pour sublimer la production du show, et vérifier qu’il n’y a pas de triche, en principe. Sauf quand certains membres corrompus de BLAST permettraient à des équipes concurrentes d’avoir accès — selon des sources officieuses — à ces précieuses informations.

Floués et sans réponses jusque-là, les joueurs professionnels — par le biais d’un communiqué de la CSPPA (Counter-Strike Professional Players' Association) lâché à quinze minutes du coup d’envoi — ont ainsi demandé publiquement à BLAST de s’engager à signer un accord de confidentialité et d’utilisation des données. Fermé jusque-là, mais contraint de répondre sous peine de voir ses participants prolonger la grève 2.0, BLAST a ainsi promis d’entamer des pourparlers le plus rapidement possible. Et les rencontres ont donc pu commencer.

Vitality s’est alors imposé (2-0) face à mousesports, toujours en réalisant une rotation de joueurs (cette fois-ci ce sont misutaaa et shox qui ont troqué du temps de jeu). Tandis que NaVi a pris le dessus sur Astralis, avec un score de deux maps à une. Fun fact : les deux formations ont réalisé elles aussi des changements de joueurs entre les cartes disputées. Autrement dit : la démocratisation des équipes avec des remplaçants est en marche sur CS:GO.

esport-csgo

Un joueur Counter-Strike de G2 est écarté

Présent dans les hautes sphères de la discipline, mais légèrement en panne en matière de titres, G2 procède à un remaniement tactique au sein de son collectif franco-bosnien.

Photo : HLTV

0

L'actu

En Continu

14:54 Gambit remporte les IEM de Katowice sur Counter-Strike
12:27 Fin d’aventure pour NBK chez OG
17:09 Le Counter-Strike français en panne aux IEM de Katowice
13:38 Les Français placés en échec en BLAST Premier sur Counter-Strike
16:50 Le capitaine de l’équipe Counter-Strike de Vitality placé sur le banc
12:44 Le BLAST Premier prêt à entamer sa saison 2021 sur Counter-Strike
13:00 L'histoire de GeT Right : le GOAT de CSGO
17:22 Valve provoque la colère de la scène esportive de Counter-Strike
16:00 Vitality rate le coche en Blast Premier sur Counter-Strike
12:27 Vitality débute l’année en grande pompe sur Counter-Strike

Articles

recommandés

Counter-Strike - maLeK : « L’idée c’est que G2 ce soit quelque chose de différent pour NiKo »
Nivera, la future crème de la crème ?
Counter-Strike - XTQZZZ : « On est les pionniers du professionnalisme de l’e-sport »

Guides

à découvrir

Le mode d'emploi du ranking dans CSGO
Guide : Plan maps officielles
Armes et accessoires de CS GO