Menu
Worlds LoL 2020 : Infos, résultats, suivi, équipes, cashprize
Worlds LoL 2020 : Rencontre avec Toucan Celeste, analyste de UOL
0

Dans son discours, on entend l'expérience des années passées à théorycrafter, et une faim de prouver à tous de quoi lui et son équipe sont capables. Rencontre avec Jean-Pierre "Toucan Celeste" Giaccone, analyste en chef chez Unicorns of Love.CIS.

Worlds LoL 2020 :  Rencontre avec Toucan Celeste, analyste de UOL

Si Fnatic et G2 Esports se sont disputés le trône d'Europe ces dernières années, leur rivalité n'a pas toujours été l'attraction principale de la scène européenne de League of Legends. En réalité, nombreuses sont les équipes qui ont participé à l'écriture de l'histoire de la ligue. Cela dit, peu d'entre elles sont parvenues à marquer les esprits comme Unicorns of Love l'a fait.

Fondée en 2014, l’organisation décroche son ticket pour les LCS EU l'année suivante et devient presque instantanément l'égérie du public européen. Malheureusement, les performances ne suivent pas, et le roster enchaîne les résultats mitigés. En 2016 et 2017, UOL se hisse jusqu'en finale des Regional Finals, seulement pour manquer à deux reprises leur qualification pour les Worlds.

Vizicsacsi, Gilius, PowerOfEvil, Hylissang, Xerxe — les licornes roses ont été le premier foyer de nombreux joueurs talentueux qui hier étaient des rookies et aujourd'hui sont des stars. Malheureusement, l'organisation n'a pas été retenue par Riot Games lors de la création du LEC en 2019, et Unicorns of Love a dû faire un choix : mettre fin à leur aventure dans le monde de l'esport, ou trouver une autre arène pour poursuivre la compétition.

Et c'est ce que les licornes ont fait. Pour pallier le refus de Riot Games, l'organisation s'est d'une part tournée vers la Prime League allemande pour donner naissance à Unicorns of Love Sexy Edition, et d'autre part vers la ligue russe, la LCL, pour enfanter Unicorns of Love.CIS. Et si les résultats de l'équipe allemande laissent un peu à désirer, la formation russe a, elle, absolument dominé sa ligue ces deux dernières années. A tel point que l'équipe a décroché cette année sa deuxième participation aux Worlds.

Le roster 2020 de Unicorns Of Love.CIS // Au premier plan, Kirill
Le roster 2020 de Unicorns Of Love.CIS // Au premier plan, Kirill "AHaHaCiK" Skvortsov et Vladislav "BOSS" Fomin ; au second plan, Ilya "Gadget" Makavchuk, Lev "Nomanz" Yakshin, et Aleksandr "SaNTaS" Lifashin

Loin du LEC, Unicorns of Love a toutefois conservé des racines profondément européennes, ne serait-ce que dans son staff. Fabian "Sheepy" Mallant, l'homme ayant porté le premier roster des Challengers Series aux LCS EU, est toujours le coach de la formation, et l'organisation a récemment recruté un Français pour qu'il devienne leur analyste en chef.

En fait, on le connaît parce que c'est le premier joueur de League of Legends à avoir passé le niveau 1000, mais Jean-Pierre « Toucan Celeste » Giaccone cache dans sa besace bien plus que des stratégies pour optimiser le gain d'expérience. Son regard acéré, couplé à un esprit analytique pointilleux, font de lui un theorycrafter de talent. D'ailleurs, ceci prend sens dans son pseudo puisque l'analyste français reconnaît sans ambages que ses initiales — TC — lui rappellent en permanence par où il a commencé.

Le passage au niveau 2000 de Toucan Celeste

Après avoir obtenu le niveau 1000, Toucan Celeste se fixe un nouveau défi : parvenir jusqu'au niveau 2000. Toutefois, il aurait été bien trop facile et ennuyeux de simplement reproduire la méthode qu'il avait employée la première fois. Le Français décide alors de se complexifier la tâche et contacte Riot Games pour leur proposer un projet fou : passer niveau 2000 à l'issue de sa 10 000ème game, le jour même de l'anniversaire de League of Legends.

L'éditeur saute sur l'occasion, et Toucan Celeste se retrouve invité à Londres pour l'événement — sans savoir que sa vie est sur le point de prendre un tournant. Une fois sa performance achevée, l'analyste français se retrouve entouré d'un groupe de personnes qu'il compare avec humour au Amiraux de la Marine de One Piece. Et pour cause, à ses côtés se trouve notamment Laurent Nicolo, CEO de Riot Games. Sans vraiment comprendre ce qui lui arrive, Toucan Celeste se retrouve embarqué dans une aventure d'un soir qui le conduit finalement dans un bar londonien. Il y rencontre Sheepy, qui, sans plus de préliminaires, lui demande de lui justifier pourquoi il devrait le recruter. Et la suite de l'histoire, on la connaît.

"J'ai tout construit petit à petit," raconte Toucan Celeste, "J'ai dû convaincre des Russes avec mon français, et aucun vocabulaire en anglais, que je pouvais leur apporter quelque chose." Et d'ailleurs, l'analyste français ne cache pas sa surprise, ni même sa fierté, d'être parvenu à rejoindre une équipe internationale plutôt que française.

Toucan Celeste en compagnie de Nicolo Laurent, PDG de Riot Games - League of Legends
Toucan Celeste en compagnie de Nicolo Laurent, PDG de Riot Games

D'autant qu'il ne s'agit pas de n'importe quelle équipe, mais bien de l'organisation dominante de la LCL. A cet égard, les chiffres ne mentent pas. Sur l'année 2020, Unicorns of Love.CIS n'a perdu que deux games compétitives — la première lors du Spring, la seconde en finale des Playoffs du Summer — signant ainsi un parcours quasi immaculé.

Bien sûr, et Toucan Celeste le reconnaît bien volontiers, "on a tendance à dire que la LCL n'est pas la ligue qui brille le plus par ses performances." Et on saurait difficilement lui donner tort, surtout quand on constate le coup de communication raté de Vaevictis Esports. En 2019, afin de pallier le départ soudain de ses cinq joueurs, l'organisation russe avait recruté un roster intégralement féminin qui s'était ridiculisé en terminant la saison régulière en 0-28. Décrédibilisant l'image des joueuses, ainsi que celle de la structure, cette polémique a aussi eu un effet néfaste sur l'image de la LCL.

De la même manière qu'on ne saurait juger du niveau des joueuses de League of Legends à partir d'un cas isolé, il paraît absurde de vouloir dénigrer l'intégralité des équipes de la LCL sous prétexte que l'une d'entre elles ait vécu un fiasco. D'autant plus que Vaevictis Esports a perdu son spot à l'issue de leur terrible saison, et que la ligue russe a semble-t-il retrouvé le niveau de professionnalisme qu'on lui prêtait avant 2019. Est-ce suffisant pour dire que le niveau de la LCL égale désormais celui du LEC ou des LCS ? Au regard des résultats internationaux des équipes russes ces dernières années, la réponse à cette question semble vite trouvée.

Le roster féminin de Vaevictis Esports au lancement du Summer Split 2019 de la LCL - League of Legends
Le roster féminin de Vaevictis Esports au lancement du Summer Split 2019 de la LCL

Pour autant, Toucan Celeste ne doute pas du niveau de son équipe. Bien au contraire, il est prêt à croire que Unicorns of Love.CIS peut briller sur la scène des Worlds. Et ce serait une première, car, pour leur toute première qualification l'année dernière, les licornes roses n'ont pas réussi à dépasser le Play In. Cela dit, il s'agissait déjà d'un exploit pour la jeune équipe russe qui avait alors réussi là où la formation originelle avait sempiternellement échoué. En fait, Unicorns of Love a effleuré les Worlds à plusieurs reprises.

Malheureusement, que ce soit Origen en 2015 ou Splyce en 2016, une équipe est toujours venue se dresser comme un ultime obstacle absolument infranchissable. "Mais je n'étais pas là," plaisante Toucan Celeste. Et force est de constater que l'arrivée de l'analyste français coïncide avec la soudaine montée en puissance des licornes...

"Y a pas de hasard sur notre victoire, et si on a réussi à se démarquer, c'est que forcément on a une légitimité à se dresser face à de grandes équipes. Maintenant, il faut le prouver hors de Russie," martèle l'analyste avec passion. Et il ne recherche ni faille ni passe-droit, bien au contraire. Pour faire ses preuves et mériter ses victoires, Toucan Celeste est prêt à affronter les plus grands, y compris les monstres de la LPL.

"Mais bien sûr qu'on veut se battre," s'exclame-t-il alors que je lui demande s'il souhaiterait éviter certaines équipes lors des phases de groupe, "Il faut qu'on affronte la LPL, parce que c'est un moyen de prouver qu'on est les meilleurs." D'aucuns prétendraient que l'analyste en chef de Unicorns of Love est simplement téméraire, que sa confiance est mal placée — mais son attitude cavalière résulte simplement d'une mentalité de compétiteur. Cela dit, celle-ci ne l'aveugle pas au point qu'il puisse commencer à se faire des illusions.

"Pour mériter un titre, il faut affronter les plus grands," tempère Toucan Celeste,"et dans le pire des cas, il faut savoir accepter l'échec. C'est ça aussi la compétition, c'est de réussir à accepter qu'il y a plus fort que soi et vouloir et accepter la difficulté. Parce que si on se contente de la facilité, y a plus de mérite. Nous, on a envie de se battre, et on veut pas se cacher derrière la facilité."

Et c'est semble-t-il cette mentalité qui fait la force de l'analyste, mais aussi de Unicorns of Love."On a tous un ego, mais pas disproportionné. [Un ego qui nous sert] pour réussir à nous améliorer, à nous surpasser par des efforts, par la sueur de la réflexion, de la communication et de la remise en question..."

esport-lol

Worlds - LoL : Tout savoir sur les équipes du Play-In

Les Worlds de League of Legends se lancent avec la phase de Play-In le 25 septembre prochain. 10 équipes dont celles issues des régions mineures espèrent s'inviter dans la cour des grands, mais il n'y a que 4 places disponibles.

L'analyste français en a conscience, la compétition est loin d'être gagnée et les licornes roses ont encore tout à prouver. D'autant plus que la phase de Play In s'annonce plus que rocambolesque, et que certaines équipes représentent de véritables menaces pour UOL. S'agissant du Play In, "LGD et MAD Lions sont les deux équipes à craindre" mais Toucan Celeste redoute par dessus tout DAMWON Gaming et Suning. La première en raison de son "gameplay chirurgical", la seconde car il a l'impression qu'elle a quelqu'un qui pense comme lui.

"Si on joue une équipe chinoise, ça va éclater vite et sec," enchaîne-t-il avant de commenter le style de jeu de la région. "C'est des Vikings en fait, ils ont pas peur de la mort."

Mais Unicorns of Love est déjà mort, en 2018. Et le roster qui accède aujourd'hui est né des cendres de cette aventure européenne. Reste à savoir si, après être parties en Russie pour poursuivre leur rêve de rejoindre les Worlds, les licornes roses parviendront à redevenir le chouchou du public européen. Réponse dès le 25 septembre, avec le début du Play In.

LoL : K/DA jouera une nouvelle chanson en live lors des Worlds 2020

Après le succès de THE BADDEST, le groupe virtuel est de retour pour jouer son tout nouveau tube sur la scène du Pudong Stadium, à Shanghai, en compagnie de sa nouvelle chanteuse : Séraphine.

0

L'actu

En Continu

12:47 LoL : La LPL rend hommage en vidéo aux joueurs des Worlds
11:54 LoL: Alex Ich rejoint Riot Games en tant qu'Ingénieur Logiciel
11:50 Worlds LoL 2020 | Finale : Suning vs DAMWON Gaming, c'est demain à 11h !
11:01 La Summoner's Cup en route pour Shanghai dans son écrin Louis Vuitton !
18:08 Chips et Noi quittent O'Gaming
17:28 Finale Worlds LoL 2020 : Suning et DAMWON en conférence de presse
17:00 PBE LoL 10.23 : Tests de la présaison et nouveaux skins en pagaille
13:48 12 invocateurs encore en lice pour le Pick'Em parfait des Worlds LoL
11:02 Worlds LoL 2020 : le 5 fusionné de Damwon et Suning avant la grande finale
18:18 De quelles origines sont les champions du monde de League of Legends ?

Articles

recommandés

Notes de patch 10.22 de League of Legends : Seraphine débarque dans la faille
LoL : Découvrez les ratios des sorts de Seraphine
LoL : Misfits Premier sacrés grands champions de la LFL !

Guides

à découvrir

Guide pour Ahri Mid en S10
Guide pour Ashe ADC en S10
Guide pour Jax Top en S10