Menu
Millenium / Actualités jeux vidéo / League of Legends (LoL) /

Les 8 joueurs attendus aux Worlds 2019 de League of Legends

Les 8 joueurs attendus aux Worlds 2019 de League of Legends
0

La pression est sur eux. À quelques heures du coup d'envoi du Main Event, les huit joueurs les plus attendus de ces Worlds 2019 sont en passe d'écrire un bout d'histoire de League of Legends. Coup de projecteur.

Les 8 joueurs attendus aux Worlds 2019 de League of Legends

La ronde du Play-In s'est terminée sans grande surprise, presque égale à elle-même depuis sa création, il y a deux ans, avec une qualification logique de ses premiers rôles. DAMWON Gaming, Splyce, Clutch Gaming et Hong Kong Attitude intègrent la grande scène des Worlds 2019 de League of Legends et rejoignent ses artistes hauts en couleur. Focus huit.

Hylissang, le facteur X

Cette fois, la lumière est venue d'Hylissang. Dans le duel au sommet livré contre G2 Esports en finale du Summer Split du LEC, il y a quelques semaines, Fnatic a retrouvé un support libéré, agressif, all-in sur sa botlane. C'est une bonne nouvelle pour le dauphin d'Europe : Hyllissang est en forme à l'heure des Worlds. C'est pourtant la question de sa régularité qui a longtemps agité les débats dans les rangs Fnatic.

Soufflant le chaud et le froid, parfois effacé dans l'ombre de Rekkles depuis son départ d'Unicorns of Love, le support Bulgare reste indéniablement un joueur des grands-rendez-vous. En plus de son expérience — Worlds et MSI 2018 — Hylissang peut faire valoir sa grande qualité d'engage lorsqu'il est mis dans les bonnes dispositions à la draft. Son Rakan est devenu une valeur sûre, une référence depuis longtemps, et son Shen a fait des ravages contre l'équipe de Perkz à un mois des Worlds.

Huni, toplaner Clutch Gaming (Groupe C) - League of Legends
Huni, toplaner Clutch Gaming (Groupe C)

Hylissang a d'ailleurs confirmé sa bonne forme lors du Regional Qualifier où son équipe s'est largement imposée devant Splyce, troisième Seed de l'Europe à Berlin. "Hyli" y avait marqué les esprits avec une Leona comme rarement le LEC en avait connu.

Si on rajoute à cela ses facilités à évoluer sur Pyke — l'un des premiers joueurs à avoir popularisé le champion chez nous —, Hylissang devrait être une cible prioritaire dès la draft dans le Groupe C, qu'on peut qualifier sans hésiter cette année de "Groupe de la Mort".

Huni, à l'improviste

Dans le même Groupe C, c'est avec humilité qu'Huni se présente devant SKT T1, avec qui il a disputé une finale historique lors des Worlds 2017 contre Samsung Galaxy. Le toplaner des Clutch Gaming, en pleurs lors de son élimination des playoffs des LCS face à Team Liquid, sort tout sourire du Play-In devant la Turquie, avec plus ou moins de garanties à apporter dans ses bagages.

Sur lui repose beaucoup d'enjeux. Huni a plus que jamais le devoir de remporter ses match-up dans un groupe très relevé. Plus question de se contenter de tenir sa lane, le vétéran Coréen a la lourde responsabilité de porter son équipe et il faudra se montrer inventif face à des concurrents qui le surpassent mécaniquement. Il lui faudra de la confiance en quantité et, pour ça, Huni peut compter sur sa formidable entente avec son midlaner, Damonte.

Pointé du doigt en Amérique-du-Nord pour ses penchants individualistes — dont bon nombre d'entre eux ont coûté à son équipe —, Huni semble être sur le bon chemin depuis les playoffs du Summer Split et le Regional Qualifier, où il a combattu ses démons notamment avec son Irelia. Si le pick n'est pas encore devenu très populaire dans ces championnats du monde, Huni a prouvé qu'il était capable de quitter sa zone de confort en prenant en main Tristana et Ryze, avant comme pendant le Play-In.

C'est pourtant sur son Rumble signature que la vedette américaine a vraiment donnée satisfaction. Souvent juste dans ses prises de décisions contre Royal Youth, Huni a trouvé son rythme et il est prêt.

Faker, pour l'Histoire

Il pourrait devenir le premier joueur à remporter un quatrième titre de champion du monde de l'histoire de League of Legends. Faker et les SKT T1 partent en favori. Et on se prend déjà à tenir pour acquise leur qualification en quart de finale, devant Fnatic et Royal Never Give Up.

Il y a un an, il manquait, une fois n'est pas coutume, les championnats du monde après une année de compétition dramatique. Aujourd'hui, le légendaire midlaner est la plaque tournante d'une équipe qui marche, et pour laquelle il n'est plus contraint de multiplier les casquettes. On pense évidemment à ses heures de Galio, dont il s'était fait le spécialiste, aussi et surtout pour être au four et aux moulin devant les lacunes béantes de ses anciens coéquipiers.

Désormais bien entouré, Faker a toujours ce rôle de carry qu'il peut troquer sans complexe pour une fonction de support de ses coéquipiers, à travers sa fameuse Karma, par exemple.

C'est pourtant sur de gros lane bully que le triple champion du monde s'est distingué pendant les playoffs en LCK, face aux Freecs et face à Griffin, avec Renekton, Leblanc et Neeko en tête.

Faker, midlaner SKT T1 (Groupe C) - League of Legends
Faker, midlaner SKT T1 (Groupe C)

Attention, les signaux sont aux verts, Faker est en grande confiance. Et on verra son Azir, c'est une quasi-certitude.

Doublelift, pour l'anecdote

C'est maintenant, c'est peut-être enfin l'année de "Peter". Cela fait quatre ans déjà que Doublelift est rentré dans le cercle des Worlds, et quatre ans déjà que le carry-ad star des NA n'a pas dépassé la phase de groupe. Pour sa cinquième, Doublelift revient, avec sa confiance habituelle, et avec Team Liquid, incontestée outre-Atlantique.

D'une grande fiabilité face à Cloud9, en finale des playoffs du Summer Split des LCS, Doublelift applique la méta et s'y tient. Épaulé par le meilleur support NA — et l'un des meilleurs au monde —, DL est le représentant d'une botlane old school, à quelques Sona/Taric près cette saison.

Régulier, difficile à critiquer mécaniquement, Doublelift va pouvoir se mesurer à JackeyLove et Invictus Gaming dans le Groupe D pour un match dans le match, après l'upset de l'année en demi-finale du MSI. C'était il y a trois mois, et l'affiche est encore présente dans tous les esprits.

Sur une méta d'ensemble qui favorise grandement les tireurs à fort scaling, comme Xayah et Kai'Sa, voire Sivir, Doublelift est censé entrer dans ces Worlds dans les meilleures dispositions. À voir contre DAMWON, échauffé par le Play-In, dès la première journée de compétition.

Perkz, la science

L'emblème de G2 Esports est un chimiste, un magicien. Cette année, Perkz a renouvelé presque à lui seul la conception même de ce qu'est un carry-ad. Sa transition de la midlane à la botlane s'est faite sans trébucher — toute Sivir mise à part — et la Syndra bot devenue ultra-meta sur ce patch, c'est chez lui qu'on l'a vue en premier.

La connaissance du jeu du joueur Croate n'est plus à prouver, mais Perkz a parfois le mauvais rôle. Certains réflexes lui font défaut sur des gros carry-ad à scaling et l'ex midlaner est souvent prisonnier d'un style de jeu agressif, presque all-in. Un jeu "à la chinoise" qui reste encore très méta mais qui admet ses limites contre des équipes très bien en place et très au point sur la macro. Le parcours tragique de la Chine au MSI le prouve.

Dans un Groupe A plus disputé qu'on ne le pense, il ne serait pas anodin de voir Perkz se rassurer sur des champions qui peuvent spike tôt dans la partie. Sa Syndra sera très probablement bannie et Lucian semble être un bon compromis chez Perkz.

Quoi qu'il arrive, il devra trouver son identité parmi les meilleurs botlaners sur un patch 9.19 où il y a de quoi faire.

TheShy, l'éclipse

Il était reconnu comme le meilleur joueur du monde il y a un an jour pour jour. TheShy fait partie des quatre rescapés du naufrage du MSI présents aux Worlds cette année. Une ligne qu'il manque désormais à son beau palmarès et qui est à l'origine d'un profond traumatisme chez les champions du monde : en difficulté sur l'intégralité du Summer Split et qualifiés sur le fil, TheShy et Invictus Gaming ont malheureusement tout à prouver.

Doinb, midlaner FunPlus Phoenix (Groupe B) - League of Legends
Doinb, midlaner FunPlus Phoenix (Groupe B)

0/9/3 de KDA avec Aatrox. Inimaginable il y a un an, c'était il y a peu pourtant, lors de la quatrième game des finales régionales en Chine contre Top Esports. Ce jour-là, Invictus Gaming arrache de justesse sa qualification aux Worlds. Mais quelque chose s'est brisé chez le toplaner Coréen, en manque de confiance, souvent impliqué dans les mauvais choix et pénalisé par sa relation encore neuve avec son jungler, Leyan, tout neuf lui aussi.

Mais TheShy domine encore son registre. En LPL, son Kennen et son Renekton font figure de références et il serait malhonnête de fermer les yeux sur ses nombreux outplays, chaque semaine encore cet été, du côté de la LPL. TheShy a l'étoffe d'un des meilleurs joueurs au monde et on peut simplement se désoler de voir la Chine échapper au Play-In dans cette édition 2019 : il aurait été d'un grand secours pour lancer le top d'IG dans ces Worlds.

Doinb, l'élégance

Le midlaner de FunPlus Phoenix n'est clairement pas venu à Berlin sans intentions. Les Worlds 2019 sont une consécration pour le Coréen, après quatre ans de compétition à très haut niveau en Chine.

C'est simple, chaque équipe où passe Doinb arrive à franchir un cap. C'était le cas avec JD Gaming en 2017, puis avec les Rogue Warriors en 2018. Véritable star en Chine mais encore méconnu du public européen, Doinb a été l'un des grands artisans du superbe Summer Split des FPX, premiers du début jusqu'à la fin et sans conteste la meilleure équipe de LPL.

On parle bel et bien d'un Top 3 joueurs monde, à l'heure de ces Worlds 2019. Doinb sait tout jouer, et si son Kled mid est devenu une vraie marque de fabrique, c'est bien son très gros Ryze et sa Qiyana qui ont dégoûtés les RNG pour le titre de champion de Chine.

Bon communiquant, leader charismatique, hésitant un temps entre une carrière de streamer et un emploi du temps de joueur professionnel, le Coréen de 22 ans a pris la bonne décision : il est peut-être sur le point de remporter ces championnats du monde.

Uzi, l'arme fatale

L'un des joueurs les plus impressionnant sur ces deux dernières années de compétition est à Berlin, avec ses armes lourdes : Kai'Sa est un must pick, Xayah aussi, et Kog'Maw semble tout à fait jouable si l'on en croit le disciple Cody Sun lors du gauntlet en NA.

C'était au MSI 2018, souvenez-vous, une partie incroyable sur Kog'Maw de la part du génie Chinois, qui avait d'ailleurs souillé le Jhin de Doublelift au passage. Mais ce n'est plus le MSI, ce n'est même plus 2018, et les ad-centriques comme la meta Ardent Censer sont bien orphelins.

Uzi aussi est orphelin de titres, depuis le Summer Split 2018 précisément. Et il y a un an maintenant, la déroute était totale pour les Royal Never Give Up aux Worlds, battus en terres Coréennes par des Européens qui jouaient, entre autres, Heimerdinger.

Mais il est bien là, Uzi, réhabilité par une saison très propre malgré l'obstacle FunPlus. Moins mis en avant par la méta et, peut-être d'une certaine façon, sanctionné par les nombreux bouleversements au sommet de sa line-up, le carry-ad RNG reste d'une fiabilité absolue en lane et un repère pour son équipe.

esport-lol

Si les Worlds de LoL étaient un Shōnen

Imaginez, le temps d'un instant, que les championnats du monde de League of Legends soient un Shōnen. Alors, qui serait qui ?

0

L'actu

En Continu

21:54 Grande finale LFL 2020 : Misfits Premier déjoue tous les pronostics et s'empare du titre !
21:11 LoL : Misfits Premier sacrés grands champions de la LFL !
10:49 LoL Mercato 2020 : Alphari chez Team Liquid ?
17:11 Demi-finale des Worlds LoL : Suning crée la surprise face à Top Esports
14:40 Worlds LoL 2020 | Demi-finales : Suning vs DAMWON en finale
19:31 Record d'audience battu pour la demi-finale des Worlds LoL G2 Esports vs DAMWON
19:10 Bjergsen prend sa retraite de joueur pro et devient entraîneur en chef de TSM
16:52 Worlds LoL 2020 : Le dernier espoir de l'Europe s'envole avec G2 Esports
15:45 G2 Esports vs DAMWON, retour sur le chant du cygne de l'Europe
19:00 Les finales du tournoi League of Legends ESWC Africa by Inwi, c'est ce week-end !

Articles

recommandés

LoL - PBE 10.22 : L'intégralité des changements dévoilée
LoL : Découvrez les ratios des sorts de Seraphine
Bjergsen prend sa retraite de joueur pro et devient entraîneur en chef de TSM

Guides

à découvrir

Tier List des champions en Saison 10
Guide pour Ahri Mid en S10
Guide pour Ashe ADC en S10